samedi 14 août 2010

Circuit de dix jours dans le Rajasthan, en Inde - Part 1

Après dix jours passés à crapahuter dans le Rajasthan, voici un petit récit de nos aventures et peut-être quelques conseils pour vos futurs voyages !

L’inde en quelques mots

Ce qui m'a étonnée

- L'omniprésence des animaux. C'est vraiment dingue, ils font partie intégrante du décor. Les vaches en premier lieu, qu'on croise tous les trois mètres, sur la route (et ce sont les voitures qui les contournent), les chiens errants, on se dit qu'ils ont quand même la belle vie, ils sont tellement libres comparés aux nôtres, les chèvres avec leurs longues oreilles, adorables ! Les dromadaires par milliers, les paons qui chantent toute la journée (et le matin !!!) et qu'on retrouve parfois sur les toits, les cochons toujours en train de renifler un truc pas très propre, les singes qui se baladent sur les toits et les façades tout tranquillement, les écureuils, petites bêtes adorables qu’on a envie de câliner.

Les dromadaires sont entrainés pour servir
 l'armée dans le désert du Thar






Les vaches sont partout, même au milieu de la route !


Un berger indien et ses moutons 

Mon ami le chien, j'ai eu trop de mal à le quitter

- Leur étonnement devant des européens et leur empressement à nous prendre en photo (avec la poignée de main on a l'impression d'être un personnage politique :)

- La circulation, complètement chaotique. En effet, on trouve vraiment tout et n'importe quoi sur les routes : motos, tuk tuks, bus, piétons, vaches, chevaux, dromadaires, voitures et camions, le tout dans un joyeux bordel qui ferait perdre la tête au meilleur conducteur parisien.
Car aucune règle ne régit le tout. Chacun a son appréciation de la priorité, souvent cédée au plus gros. Tout le monde s'insère n'importe où (même à contresens ça va de soi) et n’importe comment, se faufile comme il peut, double dans des conditions périlleuses, il vaut mieux ne pas trop regarder la route… On a d’ailleurs eu plusieurs grosses frayeurs en voyant un camion arriver en sens inverse tandis que nous étions en train de doubler.
Seule constante : on klaxonne pour signaler sa présence, ça tout le monde le respecte, les klaxons fusent dans une mélodie criarde ininterrompue et d’ailleurs c'est vite fatigant.

L'état des routes après les orages de mousson : des piscines

Ce que j'ai moins aimé

- l'oppression constante de certains locaux qui nous considèrent comme des portefeuilles sur pattes et passent leur temps à nous solliciter pour faire un tour en tuk tuk, acheter des souvenirs en marbre, des boissons etc. On sait bien que le niveau de vie nous avantage mais c'est vraiment pénible à la longue.

- la chaleur, franchement je vous déconseille d'y aller en été, ni d'ailleurs en mai/juin. La mousson et la pluie, dans le Rajasthan c'est pas vraiment dérangeant mais la chaleur, plus jamais.

- la saleté. Même si les animaux recyclent naturellement une bonne partie des déchets, on en croise beaucoup s'accumulant le long des routes. Plus, de manière générale, la propreté est une considération assez annexe dans le pays. Les hôtels par exemple, tenus par des hommes, ne sont bien souvent qu'approximativement propres (et encore on n'a pas visé la catégorie meilleure marché). De manière générale, faut pas être trop regardant disons.


Préparation du voyage

Nous sommes trois amis qui souhaitons partir cet été dans un cadre dépaysant, découvrir un peu le monde qui nous entoure, le tout sans vider intégralement nos tirelires.

Pourquoi l'Inde ?

Parce que c'est un pays que nous voulions visiter depuis longtemps et que les prix y étaient encore abordables (période de mousson oblige) alors même que nous nous y sommes pris à la dernière minute.

Où en Inde ?

Nous avons 10 jours pleins sur place et décidons de visiter le Rajasthan, d'abord parce que c'est une très belle région, sans doute la plus visitée en Inde et aussi parce que c'est ici qu'il pleuvra le moins. En revanche il fera chaud, très chaud, avec 35 degrés en moyenne et des pointes à quasi 50 dans le désert. On n'a rien sans rien :)

Cliquez sur la carte pour l'agrandir

Comment organiser le voyage ?

Nous avons réservé nos billets sur Internet puis nous avons cherché les coordonnées d’un chauffeur de confiance que nous avons réservé depuis la France également. Le reste sera décidé au fur et à mesure du voyage. Le chauffeur nous aidera à établir notre parcours et à choisir nos hôtels chaque jour.

Comment voyager ?

A moins de disposer de beaucoup de temps, voyager en transports en commun n'est pas très pratique au Rajasthan. Nous décidons de prendre un chauffeur, pratique courante sur place. En effet, il est impossible de conduire soi-même compte-tenu de l'état des routes et aussi de tout ce qu'on y croise.
D'ailleurs, il me tenait à cœur de choisir un chauffeur avant le départ afin d'être sur d'avoir quelqu'un de confiance. J'ai récolté quelques contacts sur le site de Voyage Forum dont un m'avait bien plu. Il était un poil plus cher que ses confrères mais disposait d'une voiture confortable (quand la plupart ne proposent que des modèles Tata Indica, beaucoup plus petites et moins confortables) et m'avait été chaudement recommandé pour son sérieux. Un choix que nous n'avons jamais regretté. D’ailleurs, si vous voulez ses coordonnées, n’hésitez pas à me laisser votre adresse email, je me ferais un plaisir de vous les envoyer !

Notre voiture pendant le séjour

Indispensable pour conduire après la pluie

Quoi emmener ?

Deux tonnes de médicaments, obligatoires pour ne pas risquer de gâcher le séjour (anti-diarrhéique, antibactérien intestinal principalement et Malarone pour le pallu). Nous avions précédemment vérifié que nos vaccins étaient à jour (DT Polio, hépatite A, typhoïde).
Sur place il faut savoir qu'il est impératif de porter des tenues longues et d'avoir des petites manches, et ce malgré la chaleur. Pantalon en lin, jupes longues et tee-shirts feront l'affaire. Une paire de baskets et une bonne paire de tongs, des chaussettes à avoir toujours sur vous pour porter dans les temples où les chaussures sont interdites mais où le sol est chaud et pas toujours propres, voire infesté de rats. Un foulard également pour se couvrir la tête dans les mosquées.
Des petites babioles à offrir aux enfants des rues seront appréciées (bonbons, jouets...) ainsi qu'un cadeau pour votre chauffeur et bien sûr je vous passe une bonne crème sommaire et de l'anti-moustique.

Où dormir ?

En général, les chauffeurs vous indiquent des hôtels en fonction du niveau de confort que vous souhaitez et de votre budget. En contrepartie des clients qu'ils leur amènent, les hôtels logent les chauffeurs gratuitement dans une sorte de dortoir.
Mais tous les hôtels ne le font pas, aussi sachez que si vous réservez en avance vos hôtels, votre chauffeur sera peut-être obligé de dormir dans sa voiture.

Quoi porter ?

Les femmes là-bas s'habillent en sari, le vêtement traditionnel indien. Elles ne montrent ni leurs jambes, ni leurs épaules (mais le ventre oui). Nous, on porte donc des vêtements longs, non moulants et des manches courtes ou longues mais pas de débardeur. Je vous conseille le pantalon en lin ou les jupes longues légères. Emmenez aussi une bonne paire de tongs et des baskets.

Nous sommes parés et partons donc tous les trois le cœur léger !


Jour 1 - Delhi / Mandawa

Cinq heures du matin : arrivée à l'aéroport de Delhi où nous retrouvons Bal, le chauffeur qu'on nous avait chaudement recommandé et que nous avions donc réservé depuis la France. Après un premier contact, nous prenons directement la route pour Mandawa, une ville étape où nous passerons notre première nuit.

Ça y est, on est parti !

Un temple au sommet d'une colline, croisé sur la route

Six heures plus tard, nous arrivons à destination alors que je m'étais enfin endormie, bref... Bal nous emmène à un premier hôtel très joli (l'hôtel Heritage Mandawa) et nous négocions notre première nuit à 1400 Rs au lieu des 1800 annoncés initialemenent. Il faut dire que nous sommes en saison basse et qui plus est les premiers clients de la journée. Nous prenons possession des lieux en entamant une petite sieste revigorante.

Puis, nous sortons pour visiter cette toute petite ville, alpagués dans l'instant par des ado qui nous proposent leurs services de guide. D'abord désagréablement surpris par leur insistance limite agressive, nous cédons finalement car cela ne nous coûte que 50 Rs soit moins d'un euro, à quoi bon hésiter.

Ils nous montrent les "Havelis", de très jolies maisons à étage, habitées par de riches familles, vieilles de plusieurs centaines d'années. Celles-ci se composent toujours des mêmes éléments : une première cours carrée, puis une deuxième, pour les femmes qui n'avaient jamais le droit de sortir et que les visiteurs ne devaient pas apercevoir non plus. Féminisme, quand tu nous tiens...

Cour intérieure d'une Haveli

Elles sont encore habitées

Deux heures et cinq boutiques de souvenirs plus tard (où il nous faudra user de tout notre pouvoir de persuasion pour expliquer que non, on ne veut pas de tapis, ni de peinture sur soie), nous retrouvons notre hôtel pour un repos bien mérité.

Nos premières impressions

- c'est incroyable de voir autant de vaches, partout et n'importe où, ainsi que des milliers de chiens qui dorment au soleil et des chèvres. Bienvenue en Inde !
- bonne idée de ne pas commencer tout de go par Delhi. Nous découvrons l'Inde par la petite porte et pouvons ainsi nous habituer doucement à notre statut de touristes en terre inconnue.
- nous sommes bien contents d'avoir booké notre chauffeur avant de partir et de n'avoir pas eu à subir les assauts des 150 autres qui attendaient à la sortie de l'aéroport.

Les vaches se rafraichissent



Jour 2 - Mandawa / Bikaner

Réveil à 7:00, petit-déjeuner et c'est reparti pour 3 heures et demi de route jusqu'à Bikaner. Les paysages changent et on réalise que le désert approche. C'est plus sableux et moins vert, je suis en transe à la vue des dunes de sables dans lesquelles je rêve déjà de me rouler. Pendant ce temps-là tout le monde s'est endormi dans la voiture et moi je tape frénétiquement sur mon Iphone pour vous raconter jour par jour ce périple afin de ne pas en perdre une miette.
Nous arrivons à Bikaner et posons notre camp à l'hôtel Harasar pour 1000 Rs. Une petite sieste et nous repartons changer un peu d'argent (1€ contre 57 Rs) puis allons visiter le Junagarth Fort. L'entrée nous coûte 250 Rs/personne audioguide (en français) inclus. Le Fort est vraiment beau, avec ses enchevêtrements de cours carrées et de salles magnifiquement décorées. Il offre aussi une splendide vue sur ses jardins géométriques ainsi que sur la ville environnante.

Vue depuis les toits

Les salles intérieures, magnifiquement décorées

Les jardins du fort

Après 45mn de visite, nous enchaînons sur une balade en tuk tuk à travers la vieille ville de Bikaner. C'est sportif mais amusant, les tuk tuks, voitures, cyclistes et autres piétons se croisent et se doublent dans tous les sens, au sons ininterrompus des klaxons et dans de vieilles ruelles étroites, le tout en prenant soin d'éviter les vaches qui se trouvent ça et là, tantôt au milieu de la route, tantôt sur les devantures des maisons. Une expérience rigolote que nous apprécions beaucoup.

Stand de fruits et légumes

La vieille ville et ses jolis bâtiments

Puis, nous reprenons la route direction Deshnoke, non loin de Bikaner, pour visiter le Shru Karni Mata Temple (temple aux rats sacrés). Et là, c’est assez incroyable...

Comme dans tous les temples, nous devons quitter nos chaussures et enfilons une paire de chaussettes car les sols sont brulants et accessoirement pas très propres. Bal nous avait prévenus que des rats se trouvaient dans le temple mais nous ne nous attendions pas à ça. Il est véritablement infesté. Les offrandes de nourriture en ont attiré des milliers qui courent partout en tout impunité (la légende voulant qu'ils soient la réincarnation d'enfants, il est interdit de les tuer).

Les petites tâches grises sont bien des rats

Il y en a des centaines !

Attirés par les offrandes

L'entrée et gratuite mais nous nous acquittons d'un laisser passer de 20 Rs pour pouvoir prendre notre appareil photo. Le temple est assez petit et la salle des offrandes nous est interdite d'accès. De toute façon elle est minuscule et on la voit très bien de l'extérieur. Franchement, ça n'est pas très beau et notre attention se concentre surtout sur les rats, véritable spectacle vivant. Nous les prenons en photo sous tous les angles mais finissons par partir peu de temps après, incommodés par l'odeur pestilentielle qu'ils dégagent.


Leurs positions acrobatiques me font sourire

Hormis l'odeur difficile à gérer...

Elles étaient mignonnes ces petites bêtes :)

Retour à l'hôtel avec une petit halte dans un cyber café dont les ordinateurs et la vitesse de connexion nous ramènent dix ans en arrière...
Une nouvelle sieste plus tard (la chaleur + notre nuit blanche nous épuisent), nous dînons au restaurant de l'hôtel, recommandé lui aussi par le Routard. Il se trouve sur le toit et offre une jolie vue sur la ville. L'ambiance est plutôt romantique avec l'éclairage aux bougies et les chants des musiciens. Nous goûtons notre premier poulet tandoori du séjour qui est vraiment délicieux, avec un peu de riz et des petits pois sauce Masala. Miam ! Nous avons bien mérité de retourner nous coucher :)

Vue depuis le roof top restaurant de l'hôtel


Pour lire la deuxième partie de nos aventures, cliquez ici

13 commentaires:

Gabrielle a dit…

Pouaaahh tous les rats !!! gerbant lol !

Et le chien, l'avait pas l'air aussi gras que nos chiens gavés en Occident ...

Copine Débile a dit…

J'ai mis plein de photos en plus mais ça m'a tellement impressionnée !

Oui c'est clair, ils sont maigres mais en revanche super libres, contrairement à chez nous. Franchement, je ne sais pas ce qui est mieux pour eux...

Vlad a dit…

Super de nous faire partager tout ça !
J'adore la photo du chien avec la truffe en gros plan.

Copine Débile a dit…

Il était adorable ce petit chien ça se voit sur la photo d'ailleurs :)

Vanessa a dit…

Tous ces rats, c'est impressionnant!
Ils sont mignons en photos mais en vrai je crois que je n'aurais pas été très à l'aise.

Vivement la suite.

Rainette a dit…

wahh! magnifique récit, belles images, super vacances. mon papa, qui etait marin , m'avait dit que c'était un joli pays coté tourisme, amis effectivement très sale, pour nous, européens.... merci de nous faire partager ton incroyable voyage

sylviam a dit…

une petite visite grace a rainette qui m'a fait connaitre ton blog, j'y reviendrais pour la suite c'est passionnant, je connais par des amis qui m'ont raconté, le choc des cultures est en effet impressionnant, tu ne parles pas des singes eux aussi en totale liberté ey qui font des ravages

bise a bientot

Copine Débile a dit…

Salut Sylviam, oui les singes !! Et les paons, il y a tant à dire ! Mais j'en parle avec photo dans la suite de mes aventure indiennes que je ne vais pas tarder à poster, promis juré :)

Anonyme a dit…

Bonjour,

Je pars un mois en Inde l'été prochain et j'aimerais avoir un chauffeur de confiance pour au moins 15 jours pour visiter au maximun le coin, je voudrais savoir si je peux avoir les coordonnés de votre chauffeur durant votre séjour et connaître ses tarifs à peu près. Mon adresse mail c'est berengere28300@hotmail.fr. Merci beaucoup!

Anonyme a dit…

moi c'est haissem
je me prépare a y aller et merci pour tout ce travail de description.. c'est tellement bien fait... chapot...!
meme si y a des choses que vous auriez pu eviter de faire... mais bon.. :p

(est ce que je peux avoir les coordonnées du guide svp, mon e-mail : haisssem@yahoo.fr)

Anonyme a dit…

j envisage d y partir en novembre 2011 .je pourrais avoir les coordonnees du chauuffeur et ses tarifs pour une personne seule.voici mon adresse : loulou_1968@hotmail.com . merci d avance

Anonyme a dit…

Nous partons nous aussi dans 15 jours et sommes interessés par les coordonnées de ton chauffeurs . Merci pour ces infos cathy.brunel@wanadoo.fr

Anonyme a dit…

Bonsoir apres avoir lu ton super recit de voyage je suis interesse par les coordonnees de ton chauffeut et ses tarifs merci beaucoup voici mon email :blondin.16@hotmail.fr

Enregistrer un commentaire

Vous aimerez peut-être