mercredi 15 février 2012

J'ai testé pour vous... la méditation

Mercredi 20:00 dans le XIVe arrondissement de Paris. Je donne 5€ à l'entrée et mon adresse email pour les prochaines newsletters, ote mes chaussures et pénètre dans une grande salle où sont entreposés une foultitude de petits coussins à même le sol, suivie de deux rangées de chaises.

Photo empruntée au site www.ecole_occidentale_meditation.com
(j'allais tout de même pas sortir mon appareil photo :)

Comme c'est ma première fois et que je suis plutôt flemmarde, je choisis une chaise, avec un dossier donc :) Les gens autour de moi ont entre 25 et 50 ans environ et ont l'air plutôt normal. Ça commence bien !

Fabrice Midal, le grand gourou de la soirée, arrive dans la salle. Il est philosophe et super cultivé, m'annonce mon amie. Soit.


Le programme est alors annoncé :
- 40mn de pratique de la méditation, guidées par Fabrice
- 10mn de questions sur cette même pratique
- une courte pause
- et enfin 1h d'explications sur le thème du jour : méditation et simplicité

C'est parti !

Nous mettons nos jambes en tailleur (enfin, ça c'est surtout pour les gens sur les coussins),  imaginons un fil au-dessus de notre tête pour nous tenir bien droit et gardons le regard baissé pour ne pas être gêné par ce qui se passe autour de nous. Voilà, la position est prise.

Maintenant, il s'agit de se concentrer sur sa respiration, pour être dans le moment présent. Lorsque des pensées surgissent, et que nous nous apercevons que notre esprit a vagabondé avec elles, nous revenons au moment présent et à notre respiration. L'idée est de ne pas trop accorder d'importance aux pensées, de les voir venir, repartir et de réaliser que seul le présent "est" vraiment.

J'essaie. La position est inconfortable, je pars dans mes pensées à peu près toutes les huit secondes, ce qui me fait grandement enrager. Je regarde autour de moi et scrute les autres. Ils ont l'air bien concentré, presqu'en transe, ce qui a le don de m'agacer prodigieusement. Moi je me demande ce que je fais ici mais quitte à y être, et puisque j'ai traversé Paris pour venir, je ré-essaie encore et encore. Et je bouillonne de ne pas bien y arriver.

Finalement, les 40 minutes passent incroyablement vite. Nous débriefons alors de la séance partagée. Chacun pose des questions. Je demande s'il est normal de ne pas y arriver car son esprit ne tient pas en place. "Absolument", me répond Fabrice, "l'idée c'est justement de pouvoir faire l'aller retour entre ses pensées et le moment présent, pour bien voir la différence entre ce qui n'est qu'une production de l'esprit et ce qui est, tout simplement".

Quelques phrases m'interpellent :
- la méditation, c'est approcher le sens réel des choses
- pratiquer, c'est paniquer. Le rien nous fait paniquer. Il faut écouter la panique. Ne pas être effrayé du rien.
Vu comme ça, ça fait un peu secte mais en y reflechissant, c'est vrai que nous sommes toujours dans nos pensées, alors que la seule chose que nous pouvons vraiment vivre, c'est le moment présent.

C'est la pause. Je discute avec ma voisine. C'est bizarre d'être là quand même, mais c'est bien de s'être motivées !!


Nous reprenons sur une heure d'explications qui partent dans tous les sens. Je décroche au bout de 3mn. Ça parle peinture, je ne vois pas très clairement le rapport. Je suis fatiguée et j'ai la flemme de me concentrer à nouveau. J'aimerais bien que ce soit plus clair et plus simple. J'abdique et me saisis de mon meilleur ami de circonstance = mon Iphone. Et j'attends que ça passe. Tandis que ma copine, elle, prend tout plein de notes.

La prochaine fois, je partirai à la pause. Ou j'espère que les explications seront plus claires. Mais je ne regrette pas d'être venue et je compte bien réessayer !

Info pratiques :


Ecole Occidentale de Méditation

53 rue Raymond Losserand, 
75014 Paris, au niveau du métro Pernety.


Participation : 5 euros pour les frais de location de la salle sont demandés.


Déroulement de la soirée : Une méditation guidée d'environ 40mn, un temps pour poser ses questions, suivi d’un enseignement.


Horaires : Il est demandé de venir à l’heure précise. L'accueil est ouvert dès 19h30. Les portes sont fermées lorsque commence la méditation, à 20H00 précise. Les retardataires peuvent toutefois nous rejoindre à la pause avant l'enseignement, à 21h00.


Coussins de méditation : Le matériel pour pratiquer la méditation est fourni par l'association, il n'est donc pas nécessaire de venir avec son coussin de méditation. Des chaises sont disponibles pour ceux qui souhaitent méditer ainsi ou ne pourraient pas s'asseoir sur un coussin de méditation.


Pour tout renseignement :
Laurence Gardin
Tél : 06 11 51 35 76
laurence.gardin@orange.fr

10 commentaires:

lalydo a dit…

Ca a l'air super intéressant! Et quoi de mieux qu'un peu de méditation pour s'échapper de ce monde de fous?

Copine Débile a dit…

Tu l'as dit ! Du coup, je me suis même acheté des livres.
Débrief dès que je serais sortie de mon hibernation :)

Io a dit…

C'est une autre approche de nos mystères. Pourquoi pas?
Tu as eu raison d'essayer.

Viens-t'en voir mon dernier billet, je t'ai réservé une petite surprise.
héhéhé....

Copine Débile a dit…

J'ai vu !! J'ai un peu de mal à rester connectée ces derniers temps mais je m'y colle :)

cannella a dit…

j'aime beaucoup ton explication ! Drôle !
c vrai que c très dur de se concentrer ... je te comprends si bien :)

Copine Débile a dit…

Tu as déjà testé ??

auroreinparis a dit…

Génial cet article ! Effectivement ne penser à rien c'est presque impossible pour le commun des mortels, c'ets notre lot d'avoir tjs une pensée ( dérangeante ou agréable en tête). Mais être capable de se relaxer au point de ne plus pense,r c atteindre l'ataraxie, ou al toucher du doigt. Jms fait encore de méditation, ou de yoag. Mais ds mon cas ça pourrait ê utile !!

Copine Débile a dit…

oui dans mon cas aussi :)

Anonyme a dit…

la méditation est une pratique qui remonte à la "nuit des temps" et qui est universelle. Des médecins s'y intéressent depuis quelques décennies (Jon Kabbat-Zin aux USA et Christophe André en France depuis peu)et découvrent avec les progrès de l'imagerie médicale les pouvoirs de guérison de cette pratique, notamment pour la dépression. CG Jung, Einstein, Aldus Huxley, Herman Hess...étaient des pratiquants. Pour ma part, elle m'a transformé, mais j'ai encore un grd parcours à accomplir. Elle fait partie de moi malgré les périodes sans pratiquer. Olivier.

sherap a dit…

oui je me souviens

Enregistrer un commentaire

Vous aimerez peut-être